top of page
  • Photo du rédacteurFanny Bellemare-Martin

La gestion de la douleur

Dernière mise à jour : 15 août 2023

La gestion de la douleur aiguë

Qu’est ce que la douleur aiguë? C’est une sensation physique pénible ou encore un sentiment ou une émotion particulièrement difficile résultant d’un manque, d’une peine ou d’un événement malheureux.


Personne n’est à l’abri de la douleur aiguë. Peut importe notre âge, notre sexe, notre couleur de peau, notre statut social, notre niveau d’éducation, tout le monde vit de la douleur un jour ou l’autre.


Cependant, aussi pénible soit-elle, la douleur peut se gérer et il est possible d’avoir une belle vie malgré tout.


La gestion de la douleur commence par la prise en charge de soi même. Le jour où vous déciderez, en toute conscience, de vous occupez de vous autant sur le plan physique qu’émotionnel, les choses vont commencer à changer et à mieux aller.

Se renseigner: Dans un premier temps, afin de pouvoir être optimal dans la gestion de la douleur chronique, renseignez-vous sur ce qui vous arrive et dans la mesure du possible, consultez les professionnels qui sont aptent à vous guider. Il est important d’avoir de l’information sur ce qui nous afflige. Plus on est renseigné, plus nous avons de pistes pour nous aider à aller vers un mieux être physique et psychologique.


Ensuite, on suit les directives de ces professionnels en s’investissant à tous les jours dans nos traitements et on persévère. C’est à force de constance et de persévérance que vous arriverez à mieux vivre avec ce qui vous arrive.


Plusieurs d’entre nous admirons les athlètes professionnels ou de calibre mondial voir olympique! Ces gens là on dû s’entraîner jour après jour pour arriver à avoir les résultats qu’ils voulaient. Ils ont certainement eu des moments de douleur, des chutes, des blessures, des passages à vide ou encore des périodes où ils voulaient tout abandonner. Néanmoins, ils se sont relevés et ont persévéré jusqu’à la victoire. C’est pareil pour la gestion de la douleur. POur être bien malgré les embûches de la vie, les blessures et les maladies, il faut décider de se prendre en main et persévérer dans tout ce que nous mettons en place pour être bien et heureux.


Parlez en! Je sais, ce n’est pas facile de vivre avec de la douleur aiguë. Il est donc important de verbaliser ce que vous vivez afin de vous aider face à la gestion de la douleur. Si vous en sentez le besoin, pleurez un bon coup! Et par la suite, arrêtez de culpabiliser. A moins de s’être volontairement mis dans le pétrin, ce n’est pas de notre faute si des tuiles nous tombent sur la tête.


De plus, personne ne mérite de souffrir. Par contre, nous avons une part de responsabilité pour la suite des choses.


Qu’est ce que je vais faire avec ça maintenant… Il vous appartient de changer les choses, ne serait-ce que votre perception de la situation.


On focus sur le positif! J’ai longtemps focussé sur ce qui n’allait pas dans ma vie. Pourtant, malgré la douleur, il y a plein de belles choses autour de moi! Mon environnement, mes amis, ma famille, mes réalisations personnelles. Le fait de changer mon focus de place m’a permis de mieux apprécier ce que j’ai et de voir la vie sous un plus beau jour. Ce faisant, la douleur due à la maladie et aux blessures diminue.


L’importance de prendre du recul dans le processus de gestion de la douleur : On profite de ce moment pénible pour prendre du recul sur sa vie et pour apprivoiser le silence afin d’entendre notre petite voix intérieure qui nous dicte ce qui est bon pour nous. Notre corps nous parle. Il suffit de l’écouter 🙂


Au besoin, on pratique la cohérence cardiaque afin de faire baisser le stress qui est inhérent à la douleur (voir autre article sur ce site)


Lorsqu’on est en processus d’apprendre la gestion de la douleur, on revoit notre alimentation et on reste actif afin de se donner un maximum de chances d’aller mieux. Une saine alimentation et de l’activité physique nous font sécréter des hormones (sérotonines, endorphines) qui calment la douleur et contribuent à notre bien-être. Selon mes recherches, les exercices à privilégiés sont le yoga, le pilates, la marche, le tai chi et l’aquaforme. Bouger favorise le sommeil, augmente l’énergie et diminue la douleur.


De récentes recherches face à la gestion de la douleur, nous suggèrent fortement de réduire notre consommation de viande rouge, de produits laitiers animal et surtout de sucre! Ces éléments sont inflammatoires et même parfois toxique! Surtout pour le sucre raffiné. Il est recommandé de manger beaucoup de légumes et de protéines végétales. L’ajout d’aliments riches en oméga 3 (tel que les poissons gras) ou encore de suppléments alimentaires est recommandé surtout pour nourir les cellules de notre cerveau. Finalement, l’ajout du curcuma à notre diète contribue à baisser l’inflammation en plus d’être un excellent anti-oxydant. et n’ouliez pas de boire beaucoup d’eau 🙂


Dans un autre ordre d’idée, je vous suggère de vous initier à une activité artistique afin de libérer vos émotions (autre que par les larmes et les cris) et amener votre conscience dans quelque chose de beau et de bon. Vous pouvez chanter, danser, jouer d’un instrument de musique, peindre, coudre, faire du petit point! Bref, tout ce qui vous rend heureux et fier de vous.


On renoue avec l’enfant en soi. Celui qui avait des rêves et qui voyait la vie sous son plus beau jour.


Faites des projets accessibles qui vous porteront et vous donneront espoir en un avenir meilleur, vous aurez moins de douleur aiguë.


Méditez! Plusieurs bienfaits de la méditation ont été scientifiquement démontrés. Ca nous rend plus calme. Cela aide à réduire les symptômes de stress, d’anxiété et d’épisodes dépressifs. Cela améliore certaines fonctions cognitives telles que l’attention et donc notre capacité de concentration. Cela aide à renforcir la mémoire et selon des recherches en cours, la méditation pourrait ralentir ou retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer.


Finalement on lâche prise sur ce que nous ne pouvons pas contrôler et nous focussons sur notre objectif! Allez mieux et être heureux.


Un jour où l’autre, on a tous une montagne à gravir. Un pas à la fois, on va y arriver à avoir une meilleure gestion de la douleur aiguë 🙂

9 vues0 commentaire

Comments


bottom of page